Inhabitation


“Inspired by traditional Japanese ghost stories, Morimoto is in search of the primitive which represents our inner truth. She first wears a fantastical costume of long, snow-white hair that masks her body. What emerges from that outer casing is a dance of such ferocity and intensity that it takes one’s breath away. Morimoto is a force of nature.”

- Paula Citron, The Globe and Mail, 10 février, 2012


“Truly outstanding was Tomomi Morimoto’s piece Inhabitation, which married traditional Japanese ghost stories with powerful movements and a white, full-body wig that accentuated every movement until it was shed, leaving the dancer fragile and panting and the audience possessed.”

- Andrew Guilbert, The dance currenrt, 2 mai 2013



"She attacked her own choreography with a vigour and intensity that resonated throughout the entire theatre and it was plain that her commitment to the work was unwavering and absolute. With a background in ballet, physical theatre, contemporary dance and figure skating, Morimoto has an impressive physicality and a formidable stage presence. I very much look forward to seeing what she comes up with in future."

- Rebecca Galloway, The Rover, 4 mai 2013



« Couverte de cheveux blancs emmêlés de la tête aux pieds, la forme intrigante sur scène révèle des gestes puissants et poignants par ses bras dépassants de l’extravagante chevelure. Plus le « fantôme » bouge, plus il prend son humanité intrinsèque et emporte le corps caché dans un voyage tourmenté. Inhabitation de la Montréalaise originaire du Japon, Tomomi Morimoto , est un solo de transformations. Les états au travers desquels l’interprète chemine sont globalement sombres, spirituels et incarnés par une forme de force irrationnelle.
Lorsque la chevelure tombe, la femme revient dans une forme de réalité cauchemardesque, dont la montée dramatique est très bien menée et incarnée. L’image du corps haletant, replié en boule sur lui-même en fond de scène est très touchante et ne fait qu’illuminer ce que nous venons de voir. Le pouvoir de transformation de l’interprète est remarquable, même si encore une fois, chacun se laisse plus ou moins toucher par les états proposés. Tomomo Morimoto reste pleinement engagée dans sa proposition chorégraphique et est imprégnée par une force concentrée et inspirée ; c’est sans doute là le pouvoir de la mise sur scène de nos émotions et expériences intérieures qui rendent alors la transformation d’autant plus authentique et expressive. »

- Élise Boileau, DF DANSE, 4 mai, 2013



"Tomomi revealed a face that equaled the incredible expressiveness of her body, moulding out an intricate visceral poem.  As the lights faded I felt a strong empathetic resonance for the story she had just told.“

- Melina Stinson, Where Are The Shows, 7 mai 2013

Stacks Image 344
Stacks Image 349

- Publication des entrevues de William Yong et de Tomomi Morimoto couverture sur ÉCLATS par Victor Swoboda, THE GAZETTE, 26 avril 2013